Les clés pour profiter de Mozart

Pour le chef d’orchestre Carlos Miguel Prieto, il faut « perdre la peur » de Mozart et de Haydn. L’homme derrière la baguette de l’Orchestre symphonique des mines pense que ces deux musiciens, qui sont les piliers de la tradition classique, sont plus proches du grand public qu’on ne le pense. Une affirmation qu’il essaiera de vérifier dans la salle du Centre Culturel Roberto Cantoral de Mexico avec les trois concerts qui intègrent le programme de ce festival qui est de retour après 10 ans d’absence.

« C’était un retour forcé », dit Prieto dans une interview le lendemain de la première représentation du groupe. Le chef d’orchestre se réfère à l’expérience comme une grande fête, décrivant le moment comme « inoubliable pour la qualité, la précision et l’incroyable énergie » que les musiciens ont donné à l’exécution de la Symphonie no 38 de Haydn et du Concerto pour piano no 19 de Mozart.

De ces deux musiciens pionniers du classicisme, il dit qu’ils sont des « génies d’une créativité incroyable ». Il sauve aussi un trait qui est rarement mentionné : son incroyable sens de l’humour. « Au contraire, tous deux ont écrit de la musique avec un grand sens de l’humour et aussi avec un grand contact avec la musique populaire.

Pour reprendre les mots de quelqu’un qui lit les partitions de Mozart et de Haydn depuis près de 20 ans, ce sont les éléments qui les rendent plus faciles à comprendre. Quiconque écoute une œuvre comme Jupiter ou le Concerto pour piano de Mozart l’apprécie de première main, dit le metteur en scène. Pour lui, il est important que le public « n’ait pas le moins du monde peur de ce répertoire ».

Le festival aura deux autres concerts. Jeudi prochain, le 31 mai, le groupe interprétera les Symphonies no 94 et 45 de Haydn, ainsi que la Symphonie pour violon et alto de Mozart. Pour le dernier récital du programme, la Symphonie no 35 de Mozart et la Symphonie no 103 de Haydn seront interprétées, ainsi que le Concerto pour violoncelle no 2 de Luigi Boccherini.

Pour cette édition, le festival se déroule dans une salle qui n’est pas si courante pour les auditeurs. Il s’agit d’un lieu beaucoup plus intime avec une capacité d’accueil de 800 personnes. En ce sens, le chef d’orchestre du groupe a dit que l’orchestre peut sonner là avec une grande qualité sans trop de résonance, ce qui va très bien pour ce répertoire, dit-il.

40 ans de musique

L’Orchestre symphonique minier célèbre 2018, le 40e anniversaire de sa création. Tout au long de l’année, ils auront différentes activités à célébrer. Son programme d’été débutera le 7 juillet à la Sala Nezahualcóyotl avec un répertoire de Revueltas, Beethoven, Brahms et Tchaïkovski, ainsi que le concert du 9 septembre avec le ténor Javier Camarena.

Pour sa part, Carlos Miguel Prieto donnera des concerts en Espagne, en France, en Angleterre, au Canada et en Pologne. « C’est un privilège de pouvoir faire de la musique partout, souligne-t-il.

Laisser un commentaire